25 mars 2015

Wok de poulet teriyaki, petits légumes et sésame grillé

Les petits gourmets s'envolent pour le Japon demain matin, deux semaines sous les cerisiers en fleurs et pleins d'aventures culinaires en perspective. Oh la la, je suis complètement euphorique et j'imagine déjà mon bagage de retour, débordant d'ustensiles et de produits pour cuisiner !


Pour se mettre dans le bain, on a dégusté cette petite recette de wok de poulet sauce teriyaki, une sauce typiquement japonaise. Celle-ci vient apporter du moelleux à votre préparation, surtout si vous avez le temps de la faire mariner. Ce que j'ai aimé aussi, c'est le côté laqué que l'on obtient au final, c'est très sympa visuellement ! Ce n'est pas flagrant sur cette photo car c'est la deuxième recette que j'ai faite avec la sauce et je n'en avais plus suffisamment pour obtenir l'effet escompté cela dit,  le goût était bien présent.

Vous pouvez refaire cette recette avec ce que vous avez sous la main, du poisson, du bœuf, du veau, du porc, de la volaille... ainsi qu'avec des légumes de saison ou encore des nouilles soba. 
Personnellement, j'en ai fait une recette sans féculent et j'ai servi ce plat avec un petit ramequin d'avocat ainsi qu'une petite salade de roquette pour son côté poivrée qui relève le tout. 

Pour 4 personnes, j'ai utilisé 
  • 1 paquet de sauce Teriyaki (au rayon cuisine exotique ou épicerie asiatique)
  • 4 escalopes de poulet label rouge ou fermier 
  • 1 carottes
  • 2 belles poignées de champignon de Paris
  • 2 belles poignées de pousse de soja
  • 1 poignée de céleri 
  • 1 branche de céleri branche
  • 1 oignon
  • Quelques bouquets de chou fleur
  • Quelques noix de cajou
  • Sésame grillé
  • Huile de sésame grillé 
  • Sel, poivre (attention la sauce teriyaki contient de la sauce soja dont la teneur en sel est importante)

Préparation 

Commencer par couper toute votre garniture en brunoise, c'est à dire, en petits dés (carottes, oignon, céleri, céleri branche..). Couper en 4 les champignons ou les émincer selon votre préférence. Couper les bouquets de chou fleur. Rincer et égoutter les pousses de soja. 

Si vous avez le temps, faire mariner la volaille émincée finement dans la sauce teriyaki au réfrigérateur.

Si comme moi, vous êtes un gourmand souvent impatient, pressé, affamé... 

Faire chauffer dans un wok, deux cuillères à soupe d'huile (huile de pépins de raisin résiste bien à une cuisson très élevée en température ou huile de tournesol) sur feu vif. 

Saisir la volaille sur feu vif, la retourner et verser deux cuillères à soupe de sauce teriyaki dessus. Mélanger brièvement et réserver aussitôt dans une assiette à part. Saupoudrer la viande de graines de sésames grillées. La viande doit être grillée à l'extérieur mais pas cuite à l'intérieur. La cuisson se terminera à la fin avec les légumes. 

Dans le wok, rajouter si nécessaire une cuillère à soupe d'huile. Ne vous inquiétez pas si votre wok est tapissé des sucs de viande, l'eau présent dans les légumes permettra de déglacer ces sucs et de donner un délicieux goût, en plus de celui de la sauce teriyaki.

Verser tous les légumes émincés dans le wok sur feu vif. Laisser cuire durant 10 à 15 minutes en faisant sauter et mélanger régulièrement les légumes dans le wok. Les légumes doivent rester croquants. 

Baisse le feu sur feu moyen/doux. Ajouter la viande aux légumes, ajouter le reste de sauce teriyaki. Mélanger rapidement. Laisser cuire encore 5 min afin que les goûts se mélangent bien.

Déguster bien chaud. Vous pouvez ajouter encore quelques graines de sésame, un filet d'huile de sésame grillé et des noix de cajou.

On peut aussi mettre la viande ou le poisson mariné dans la sauce teriyaki sur des pics à brochettes et cuire soit dans le wok, la poêle, au four ou encore mieux, au barbecue... ça tombe bien, les beaux jours arrivent, on va pouvoir le ressortir !


A bientôt pour le récit de notre voyage culinaire au pays du soleil levant.

24 mars 2015

Coings farcis à l'agneau, balsamique vanillé et coriandre

Je ne suis pas fan de l'agneau. Comme je le disais à mon boucher, la dernière fois où j'avais dégusté un plat avec des petites côtelettes d'agneau, celles-ci n'étaient pas assez cuites à mon goût et j'avais passé mon tour pour re-goûter à l'agneau jusque-là.


Continuant à parcourir mon fabuleux livre "Jerulasem" (cela serait-il déplacé de dire qu'il est presque devenu ma bible en cuisine ces derniers temps... ?! hihi), j'avais repéré cette recette avec le coing. Le coing, M. Gourmet l'adore, surtout en pâte de fruit et en gelée car c'est très sucré. La photo du livre donnait sacrément envie. Pendant un instant, je me suis dit demandé si ce livre n'aurait pas pour vocation, de me réconcilier avec un certain nombre de choses mises de côté ! D'abord mon voyage dans cette ville éponyme (voir l'article ici clic), maintenant l'agneau... Et bien tant mieux ! 

J'ai donc dit à mes bouchers préférés que je me jette à l'eau avec cette nouvelle recette. Pendant que ce cher Bertrand s'occupait de hacher menu l'agneau, c'est à Barthélemy que j'expliquai le propos de cette recette. Il m'indiqua que lui même réalise un sauté d'agneau à la pomme et à la banane... mouais... bon je suis moins convaincue qu'avec le coing mais les goûts et les couleurs, et encore plus le palais, ça ne se discute pas !

En tout cas, merci aux auteurs de "Jerusalem" qui ont remis à l'honneur l'agneau à ma table cette semaine. M. Gourmet a adoré le côté parfumé épicé (gingembre cardamome), sucré (grâce au coing) et le moelleux de l'agneau préparé. Moi aussi j'ai aimé le plat. Je l'ai servi avec les aubergines farcies à la chermoula et la semoule aux fruits secs. 

Amateurs et septiques autour de l'agneau, je n'ai qu'une consigne, testez la recette et donnez-moi vos commentaires !

Encore une petite chose avant de démarrer...
Un petit point sur le condiment balsamique à la vanille de Papouasie. J'ai découvert ce délicieux produit grâce à Carole, rencontrée dans sa boutique Oliviers & Co située en plein cœur de Strasbourg.

Pour 4 personnes, j'ai utilisé :
  • 400g d'agneau haché
  • 1 gousse d'ail écrasée
  • 1 cuillère à café de piment doux
  • une belle poignée de coriandre ou de persil plat
  • 50g de chapelure (réalisée avec des restes de mes pains maison)
  • 1 cuillère à café de raz el hanut (ou 4 épices)
  • 1 morceau de gingembre frais (environ 4 cm)
  • 2 oignons moyens
  • 1 oeuf
  • 2 coings (ou 4 petits)
  • le jus d'un citron
  • les graines de 5 gousses de cardamome
  • 1 belle cuillère à soupe de condiment à la vanille de Papouasie de chez Oliviers & Co (vous le trouverez à Strasbourg dans la boutique de Carole, 6 rue du fossé des tailleurs, voir plus bas les petites infos)
  • 1 cuillère à café de sucre
  • 50cl de bouillon de poule
  • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
  • Sel, poivre 

Préparation

Préparer la viande. Dans un saladier, réunir l'agneau, l'ail écrasée, le piment doux, le persil plat ou la coriandre, la chapelure, le raz el hanut, la moitié du gingembre frais râpé, la moitié de l'oignon émincé, l’œuf, 3/4 de cuillère à café de sel, du poivre. Bien malaxer avec les mains et réserver au frais. 

Préparer les coings. Éplucher les coings et les couper en grosses tranches. Pour éviter l’oxydation (que cela noircisse), vous pouvez les conserver dans une eau froide additionnée de citron. A l'aide d'une petite cuillère, vider le milieu des graines et membranes. Si vous retirez de la chair, conservez-là. Garnir les coings de la viande préparée précédemment en appuyant bien avec les mains. 

Faire chauffer de l'huile d'olive dans une grande poêle équipée d'un couvercle. 

Transférer la chair des coings dans un robot muni de l'ustensile couteau. Ajouter l'oignon et le gingembre restant, les graines de cardamome. Faire revenir cette préparation dans la poêle jusqu'à ce que l'oignon soit ramolli (5 à 10 minutes suffisent si c'est haché tout petit). 

Ajouter le condiment à la vanille de Papouasie, 1 cuillère à soupe de jus de citron, le sucre, le bouillon de poule, 1/2 cuillère à café de sel, du poivre. 

Cuisson. Déposer les moitiés de coings farcis dans la sauce, viande vers le haut (voir la photo). Faire cuire sur feu doux, à couvert pendant 30 minutes. S'il vous reste de la viande, réalisez des boulettes que vous faites cuire dans la sauce directement.


A la fin, le coing est tendre et révèle sa douceur acidulée, la viande est bien cuite, moelleuse, la sauce parfumée épaissie. 

Retirer le couvercle et laisser réduire la sauce durant 3 à 5 minutes. 

Servir chaud parsemé de coriandre ou de persil plat. J'ai accompagné le plat d'aubergines cuites au four avec un peu de semoule semi complète aux fruits secs.

22 mars 2015

Coulis de mangue et de pomme au curcuma frais


Ce matin, je suis allée faire un petit tour dans un magasin bio du centre ville. Initialement, j'avais orienté mes recherches vers des farines un peu spéciales (de kamut, de châtaigne, de blé bise...). Vous ne le savez peut-être pas (et oui, il n'y a pas encore de recette sur le blog) mais je me suis lancée dans la confection du pain. Moi qui adore avoir les mains dans la farine (la vraie !), c'est un vrai plaisir de réaliser soi-même son pain. C'est grâce à mon amie Johanne que j'ai obtenu une recette et ses petites techniques qu'elle a elle-même élaborées, au fur et mesure, de ses expériences en boulangerie. Enfin bref, le pain ce sera pour une prochaine fois ! J'en reviens à mon petit tour dans ce magasin bio...

J'y ai trouvé du curcuma frais, que je n'avais encore jamais testé, ainsi qu'une mangue un peu fripée mais qui sentait très bon, la garantie que celle-ci était mûre à point. Le curcuma, c'est une épice que j'aime beaucoup car elle fait partie des aliments santé. Jugée comme un puissant anti cancer, cette épice passe dans quasi toutes mes recettes.

Le curcuma frais est d'autant plus parfumé et goûteux. Attention, lors de son utilisation, c'est comme la betterave, c'est un super colorant naturel ! Le mieux est d'utiliser des petits gants le temps de lui faire la peau, et de le couper en petits morceaux. 

J'ai servi ce petit coulis ou petite compote avec mon mi-cuit au chocolat. J'imagine bien ce petit coulis sur une tarte aux pommes bien chaude par exemple, dans un yaourt...



Pour un grand pot 
  • Une belle mangue bien mûre
  • Le jus d'un demi citron
  • 1 cuillère à soupe de sucre 
  • 1/2 curcuma
  • 1 pomme (choisir une variété douce)
  • 5 cl d'eau

Préparation

Éplucher et couper la mangue en morceaux ainsi que la pomme. Éplucher le curcuma et le couper en petits dés.
Presser le citron et mettre le jus dans une casserole. Ajouter 5cl d'eau et une cuillère à soupe de sucre (le mien est toujours vanillée, je met des gousses dans mon bocal de sucre pour le parfumer).

Ajouter les morceaux de mangue, de pomme ainsi que le curcuma.

Faire compoter pendant une quinzaine de minutes sur feu moyen à doux.
Dans un robot avec couteau, mixer la préparation jusqu'à obtention d'un coulis ou d'une compote fine, bien lisse.

Conservation, au réfrigérateur environ 1 semaine.

20 mars 2015

Aubergine à la chermoula, semoule aux fruits secs et yaourt

Voici la troisième recette que j'ai réalisée du livre de cuisine "Jérusalem". Souvenez-vous, j'avais rédigé un article"mea culpa" vis à vis de mon passage en Israël il y a quelques années. La dernière fois, j'ai suivi une recette de poulet à l'orange et au vin blanc que je mettrai un de ces 4 en ligne ici.


En attendant, voici une délicieuse recette copieuse et végétarienne. Ce matin, des aubergines m'ont tapées dans l'oeil lors de mon passage au marché. Certes pas originaires d'Alsace mais plutôt du sud de la France, je me suis octroyée une dérogation à mon principe du produit local...

C'était délicieux, j'ai vraiment adoré. J'ai un peu arrangé la recette de base avec ce que j'avais chez moi. Ce que j'ai aimé, c'est le bon goût de l'aubergine sublimé par les épices, elles-mêmes adoucies par les petits fruits secs dissimulés dans la semoule ainsi que le yaourt. Vous le connaissez pour ses vertus coupe feu, lorsque l'on mange pimenté et que c'est trop fort. Quand je vais manger indien, j'adore boire un lassi à la rose. D'une part, j'adore cette boisson, mais elle me permet de manger bien pimenté sans que cela n'arrache mon palais d'européenne ;-) 

Pour deux personnes
(si on réalise cette recette comme plat unique, sinon, comptez une demi aubergine par personne si vous les servez en guise d'accompagnement ou d'entrée) 

Pour la chermoula 
Pâte nord africaine forte dont on badigeonne les légumes et poissons pour leur donner le goût du citron confit mêlé à la chaleur des épices
  • 2 gousses d'ail écrasées 
  • 1 cuillère à café de cumin en poudre
  • 1 cuillère à café de coriandre en poudre
  • 1 cuillère à café de piment en poudre (ou piment doux)
  • 1 cuillère à café de paprika doux 
  • 1/4 de citron confit au sel (juste la peau)
  • 8 cl d'huile d'olive
  • 2 aubergines moyennes

Pour la semoule aux fruits secs 
  • 100g de semoule semi complète 
  • Une poignée de raisins secs 
  • 1/4 d'oignon jaune
  • Quelques olives vertes et/ou noires dénoyautées
  • Quelques amandes complètes (avec peau)
  • Quelques pignons de pin 
  • Le jus d'un demi citron 
  • Persil plat, (encore meilleur avec de la menthe fraîche si vous en avez, moi je n'en ai pas encore mis sur ma terrasse)
  • Sel
  • Un yaourt velouté 

Préparation

Préchauffer le four à 180 degrés. 

Préparer la chermoula. Dans un petit bol, mélanger l'ail écrasée (retirer bien le germe qui n'est pas digeste), le cumin, la coriandre, le piment, le paprika, la peau du citron confit (si on ajoute la chair, ce sera trop corsé) coupée en brunoise puis écrasée. Ajouter les 2/3 de l'huile d'olive et 1/2 cuillère à café de sel.

Couper les aubergines en deux dans la longueur. Inciser la chair de chaque moitié de profondes entailles diagonales en croisillons en veillant à ne pas traverser la peau.


Recouvrir chaque moitié de chermoula en l'étalant en couche régulière et placer les aubergines sur une plaque à pâtisserie ou un grand plat allant au four. Enfourner laisser cuire pendant 30 minutes. Les aubergines doivent être bien tendres. 

En attendant, préparer la semoule aux fruits secs. Verser la semoule semi complète dans un saladier additionnée de l'eau bouillante nécessaire (en général, un volume de semoule = un volume d'eau bouillante). Ajouter le reste d'huile d'olive. Couvrir avec une assiette.

Faire tremper les raisins secs dans de l'eau chaude pendant 5 minutes. Égoutter et les ajouter à la semoule que vous égrènerez à la fourchette au fur et à mesure. Incorporer les olives coupées en petits dés, les amandes, les pignons de pins , l'oignon haché menu (tout petit), le jus de citron, le sel.

Dressage 

Servir les aubergines chaudes ou à température ambiante (pour une entrée par exemple). Garnir grossièrement de semoule aux fruits secs. Décorer avec un peu de yaourt velouté, parsemer d'herbes fraîches, persil plat et menthe fraîche si vous en disposez. Les plus gourmands ajouteront un léger filet d'huile d'olive de qualité sur le dessus. 

Personnellement, je me suis fait ce petit plat pour moi toute seule pour un déjeuner à la maison, je me suis régalée. Comme quoi, cela vaut bien la peine de cuisiner, même si on est seul à table ! J'espère que je vous aurez tous convaincus !


13 mars 2015

Mi-cuit au chocolat, coulis potiron au miel et glace au yaourt et au sésame

Wahou ! En voilà un dessert qui déchire ! Il y a quelques mois, nous sommes allés dîner à La Vignette, une super bonne adresse dans notre quartier. Après avoir dégusté des bouchées à la reine, nous avions encore une place pour le dessert... dont ce dessert que j'ai souhaité refaire chez nous à l'occasion d'un dîner avec des amis. Au restaurant, il s'agissait plutôt d'une réduction de jus de potiron ou potimarron. La glace était une glace au yaourt, j'ai eu envie d'ajouter du tahini pour donner un léger arrière goût de sésame.


Ne paniquez pas, la préparation peut vous sembler fastidieuse mais avec un peu d'organisation, tout ira bien. Surtout que vous pouvez tout préparer à l'avance afin de ne pas rester bloquer en cuisine. Autre précision, si vous ne disposez pas de cercle pour réaliser vos mi-cuits, vous pouvez faire comme moi et les faire cuire à l'avance dans des moules à muffins en silicone. Vous ne pourrez pas les démouler à la sortie du four, au risque de les voir s'effondrer. Les cuire une bonne heure avant est une bonne solution. Au moment de servir, vous pouvez les repasser quelques minutes dans le four à 150 degrés ou 10/15 secondes au micro onde.

Pour à  4 à 6 gourmands 

Pour le coulis de potiron au miel : 
  • 430g de courge muscade
  • 1 cuillère a soupe de miel
  • 3 cuillères à soupe de sucre 
  • le jus d'un demi citron
  • 2 cuillères à soupe de crème (facultatif)
Pour le mi-cuit au chocolat (on obtient 6 mi-cuit si on utilise des moules à muffins) :
  • 120g de chocolat noir
  • 120g de beurre 
  • 3 oeufs 
  • 120g de sucre
  • 40g de farine
Pour la glace au yaourt et au sésame : 
  • 175g de yaourt velouté bio
  • 10cl de crème fleurette entière
  • 1 cuillère à soupe de miel
  • 60g de sucre
  • 1 cuillère à soupe bombée de tahini (pâte de sésame)
  • Le jus d'un demi citron
  • 10cl eau
  • Quelques pignons et graines de sésame pour le dressage

Préparation 

  • Le coulis de potiron ou courge muscade 
Commencer par nettoyer le potiron et le débarrasser de sa peau (sauf si vous utilisez un potimarron - ce sont les derniers de la saison). Couper le potiron en petits cubes. Dans une casserole, mettre le potiron, le jus de citron, le miel et le sucre. Laisser compoter pendant 20 minutes environ, le potiron doit être bien cuit (si la fourchette entre facilement dedans, c'est cuit). Gouter le potiron afin de rectifier l'assaisonnemnt en sucre si besoin.
Dans un robot avec ustensile couteau ou avec un mixer plongeant, réduire en purée/compote le potiron sucrée. Ajouter la crème pour rendre moelleuse la préparation. Le coulis est plus ou moins épais. Rectifier selon votre goût en crème, en lait, en sucre, en citron ect. Réserver (vous pouvez le garder une dizaine de jour au frigo)


  • La glace au yaourt et au sésame (1h de réfrigération pour le sirop)
Presser le citron. Mélanger le jus au sucre et à l'eau. Verser dans une casserole et porter à ébullition. Laisser ensuite bouillir pendant 5 minutes puis couper le feu. Réserver la préparation au frais pendant 1h environ.
Mélanger le sirop froid, le yaourt, le tahini et la crème. Fouetter (fouet à main, pas de batteur électrique) afin de lier les ingrédients. Faire prendre dans la sorbetière. Conserver 10 à 15 jours au congélateur.

  • Les mi-cuits au chocolat (2h de repos pour la pâte)
Casser le chocolat en morceaux, le mettre dans un récipient avec le beurre. Faire fondre au bain marie et mélanger pour obtenir une préparation lisse. Dans un saladier, battre les oeufs avec le sucre. Ajouter la farine, mélanger puis incorporer le chocolat et le beurre fondus. Placer au réfrigérateur et laisser reposer 2h. 

Préchauffer le four à 180 degrés. Beurrer et fariner les cercles à pâtisseries ou (plus légèrement) des moules à muffins. Répartir la préparation dans les cercles (posés sur une feuille de papier sulfurisé et une plaque) ou dans les moules en remplissant au 3/4. Enfourner pour 12 minutes. 

Sortir les mi-cuits du four, laisser reposer 5 min ou plus (selon l'ustensile de cuisson, si vous avez utilisez les moules  à muffins, ne les touchez pas pendant 30min à 1h). Passer la lame du couteau à l'intérieur et retirer délicatement. Si besoin, réchauffer au four (quelques minutes) ou au micro onde (quelques secondes).

  • Dressage
Sur une assiette, positionner deux cuillères à soupe de coulis de potiron au miel et aplanir le tout. Poser le mi-cuit rapidement réchauffé au micro onde ou au four pour rétablir son cœur coulant. Additionner le tour d'une boule de glace au yaourt et au sésame. Parsemer de quelques graines de sésame et de pignons de pins.

A déguster sans plus attendre !

5 mars 2015

Boeuf de Coutancie et purée de céleri au cerfeuil

Le bœuf de Coutancie est un produit d'exception, on compte une cinquantaine de vaches par an seulement. Pour ma culture générale, et toujours friande de goûter des nouvelles choses, je me suis dit que ce serait sympa de tester cette belle bête. Sa couleur rubis, voir la photo ci-dessous, m'a de suite attirée. De plus, le boucher m'expliqua que c'est un peu notre boeuf de Kobé  à la française (Dordogne)  : un massage et 3 litres de bière par jour, le chanceux ! (bon, je ne l'envie pas pour la bière mais pour les massages, je ne demande pas mieux! hiih)


La famille Dufraisse s’est lancée dans cette entreprise dans les années 1990, pour élever différemment leurs vaches et s’inspirer de ce qui se fait au Japon. Sur Internet, on explique qu'ils ont tout d’abord sélectionné les races produisant une viande idéale : la Limousine & la Blonde d’Aquitaine.
Selon le processus, les 4 premières années, les jeunes bêtes sont élevées au pâturage, et en 5ème année, à l’étable, choyées à la bière et aux massages. Afin d'éviter tout stress inutile, l'abattage respecte des règles précises avec le concours d'un abattoir ultra spécialisé.

J'ai testé pour vous un petit filet de rumsteak de Bœuf de Coutancie accompagné d'une purée crémeuse au céleri et au cerfeuil. La viande reste moelleuse malgré sa finesse (oui vu le prix au kilo, la portion est gastronomique ;-))

Pour deux gourmets
  • 2 filets de rumsteak de boeuf de Coutancie de chez Philippe KIRN
  • 1/2 boule de céleri
  • 1 pomme de terre (pour lier la purée)
  • une belle poignée de cerfeuil
  • 10g de beurre salé  + 10g pour la cuisson de la viande
  • 1 cuillère à soupe de crème à - de 15% de MG 
  • Sel, poivre noir du moulin
Préparation

Préparer d'abord la purée. Faire cuire dans de l'eau bouillante additionnée de bouillon, le céleri et la pomme de terre coupés en gros dés. Égoutter.
Dans un robot muni d'un couteau, placer les légumes cuits, la crème, le beurre, le cerfeuil et mixer selon la consistance souhaitée. Chez nous, on aime quand il subsiste quelques petits morceaux. Rectifier l'assaisonnement en sel et poivre. Réserver.

Pour la cuisson de la viande, utiliser une poêle. Verser une cuillère à soupe d'huile d'olive et 10g de beurre salé et faire fondre. Une fois que la poêle est bien chaude, faire saisir la viande en aller retour sans trop la bouger. Lorsqu'elle se décolle toute seule, c'est que c'est cuit. Chers gourmands, vous pouvez mettre quelques gouttes d'eau pour récupérer les sucs de cuisson (excellent !).

Servir bien chaud avec la purée de céleri.


1 mars 2015

Cheesecake light aux pommes caramélisées


Vous aimez notre rendez-vous du dimanche qui vous propose une recette gourmande ? Cela tombe bien puisqu’en ce 1er mars, je participe au défi « un tour en cuisine » avec cette recette.


Le principe est que vous devez piocher une recette dans un autre blog inscrit au même tour que vous (il y a un tirage pour savoir qui pioche chez qui), pour moi c’était le blog Saveurs et Lecture de Magalie et j’ai choisi de réaliser son cheesecake. Par ailleurs, c’est Joy sur son blog Les délices sucrés salés de Joy qui a pioché une recette sur notre blog, j’ai déjà hâte de découvrir ce qu’elle a choisi !

La photo donnait drôlement envie alors quand je lis que ce n’est pas trop calorique, je me dis que je vais tenter ! Ce qui m’a plu aussi c’est l’utilisation du miel et du sirop d’agave plutôt que le sucre raffiné. Beaucoup plus sains, le miel et le sirop d’agave ont un pouvoir sucrant bien plus important que le sucre classique.

M. Gourmet est un grand amateur de cheesecake, il attendait avec impatience de goûter celui-ci. Verdict : En ce qui me concerne, je l’ai trouvé bon mais cela se rapproche plus d’une tarte au fromage blanc comme on la fait dans l’Est de la France plutôt que du cheesecake. A mon sens, c’est normal car habituellement, on utilise du fromage frais (type Philadelphia) plutôt que du fromage blanc. Autre chose qui explique cela, c’est la faible teneur en sucre de la recette sinon il ne s’appellerait pas « light ». Pour mon bien être diététique, c’était plutôt sympa puisque j’ai pu me délecter de ce petit dessert sans trop m’en faire. M. Gourmet s’est demandé si je n’avais pas oublié le sucre !

Conclusion : c’est une belle idée et une bonne manière de pouvoir manger un dessert sans psychoter sur les calories. Pour les plus gourmands, je vous conseillerai donc de rajouter un peu plus de miel et de sirop d’agave (ou de sucre). 


Cheesecake pour deux amoureux, j’ai utilisé :
  • 60 g de Spéculoos
  • 2 pommes d’Alsace
  • 1/2 cuillère à café de cannelle
  • 1/2 cuillère à café de gingembre moulu
  • 1 cuillère à soupe de miel
  • 1 cuillère à soupe de sirop d’agave
  • 135 g de fromage blanc allégé
  • 1/3 yaourt nature bio
  • 1 œuf
  • Le zeste d’1/2 citron vert
  • ½ cuillère à soupe de Maïzena
  • Un peu de vanille en poudre (si je n’ai pas une belle gousse de vanille sous la main, je préfère m’abstenir)
  • Une pincée de sel
  • Huile d’olive
  • J’ai ajouté quelques grains de grenade

Préparation 
 
Préchauffer le four Th 6 (180°).

Écraser les Spéculoos et les mettre dans le fond du moule, bien tassé.

Éplucher les pommes et les couper en fines lamelles. Les faire revenir dans un peu d’huile avec la cannelle et le gingembre. Ajouter le miel et faire caraméliser doucement. Réserver.
 
Séparer les jaunes d’œufs des blancs. Monter les blancs en neige avec une pincée de sel.
Mélanger vivement les jaunes avec le sirop d’agave.
Ajouter le fromage blanc, le yaourt, le zeste de citron et la Maïzena. Mélanger bien.
Ajouter les blancs montés en neige.

Mettre les lamelles de pommes sur les biscuits. En garder un peu pour le décor ainsi que quelques grains de grenade. Verser la préparation fromage blanc-œuf.
 
Enfourner et faire cuire pendant 45 min. Sortir le cheesecake lorsqu’il est bien doré.

Laisser refroidir avant de décorer et de servir.

Alors, ça vous tente ?